Chelles noyée dans une interco de 340.000 habitants

Share Button

La préfecture de région vient de présenter la nouvelle carte de l’intercommunalité soumise à une pseudo concertation. Pseudo concertation car la Loi prévoit déjà que les intercommunalités jouxtant les métropoles telles que définies par la « Maptam » devront faire au moins 200.000 habitants. Il n’y aura que des discussions à la marge donc. Le schéma dévoilé aujourd’hui fait disparaître l’agglomération de Marne-et-Chantereine (77.000 habitants) dans un ensemble de 344.000 habitants… Presque le double de ce que la loi prévoit et qui constituait déjà une course au gigantisme dangereuse. Les élus du Front de gauche de Chelles élèvent une protestation face à ce projet anachronique qui constituerait un retour en arrière vers plus de centralisation et un nouvel éloignement des citoyens des centres de décisions qui les concernent.

Pourtant, le Front de gauche et les élus communistes ont toujours soutenu les démarches de coopération intercommunale. Échanger, mutualiser entre communes, c’est utile. Nos élus ont d’ailleurs activement participé à la la fondation de l’agglomération de Marne-et-Chantereine ainsi qu’à son développement, à partir d’un projet de coopération intercommunale. Cette approche aura donné d’ailleurs des résultats de grande qualité dont la population profite aujourd’hui. Par exemple le réseau de médiathèques.

Ce sont bien des dispositifs de coopération intercommunale à taille humaine qu’il faut défendre et non céder au dogme du gigantisme. Loin de la coopération intercommunale volontaire et de projet, ce sont bien des schémas directifs et contraignants qui président au nouveau découpage de la carte des intercommunalités. Une course à la démesure qui aggrave la dévitalisation des communes qui représentent depuis la révolution française, le cœur battant de notre vie démocratique.

Rappelons qu’aujourd’hui, des compétences aussi décisives que l’urbanisme, les transports, le logement, la santé ou encore la culture qui ont été transféré à l’agglomération de Marne-et-Chantereine. Le lien entre les élus en charge de ces question au sein de l’agglomération et les populations a toujours été pour nous une préoccupation. Demain, au sein d’une intercommunalité de 344.000 habitants, quelle sera la nature de ce lien ? Loin de défendre l’intérêt des populations et le développement des services publics, ce nouveau découpage et les réformes en cours menées par le gouvernement n’ont qu’un seul objectif : mettre en œuvre une nouvelle cure d’austérité à l’échelle de collectivités. Alors même que nous aurions besoin de plus de transparence, de participation citoyenne, d’un nouvel élan démocratique, l’objectif de cette réforme est d’imposer ces politiques libérales aux collectivités.

Nous appelons l’ensemble des élus de Marne-et-Chantereine, ainsi que ceux des autres intercommunalités concernées (Marne-et-Gondoire, Val d’Europe, Val Maubué et Brie francilienne) à s’opposer à ce projet de redécoupage et au coup de force technocratique. Nous les invitons à organiser une grande consultation publique de la population et à prendre l’engagement de soumettre à référendum populaire toute éventuelle modification du périmètre intercommunal, tant du point du territoire que des compétences transférées.

Les élus du groupe « Chelles-Citoyenne »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *