Vote sur l’ANI : faites connaître votre point de vue en écrivant à M. le député

Capture du 2013-04-16 17:13:40Dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche du 2 mars 2013, le député Emeric Bréhier a défendu la nécessité d’obéir aux injonctions du MEDEF en votant le texte tel quel.

Frank Mouly, ex-candidat du Front de gauche aux  législatives de 2012, l’a d’ailleurs alerté au moyen d’une lettre ouverte, sur les graves inquiétudes exprimées par les travailleurs et leurs représentants syndicaux. Pourtant, le 9 avril dernier, lors du scrutin public à l’Assemblée nationale, M. le député a approuvé ce projet de Loi alors même que des députés de son propre groupe se sont prononcés contre ou se sont abstenus (41) et que nombre de députés Verts ou radicaux n’ont pas soutenu le texte comme les y appelaient les députés du Front de gauche. […]

Pour une alternative à l’austérité

Plus de cinquante jeudi soir dernier pour évoquer ensemble la possibilité d’une alternative à l’austérité dont on nous rabâche du matin au soir qu’elle est la seule politique possible. C’est un événement à Chelles alors même que tout concoure à décourager les hommes et femmes de gauche. L’assemblée citoyenne réunie a décidé de partir en campagne, contre l’austérité, pour une véritable alternative.

  • Première décision : assurer la plus grande mobilisation pour réussir la marche du 5 mai prochain.
  • Seconde décision, donner la possibilité aux électrices et électeurs de gauche et du Front de gauche d’écrire massivement à Émeric Bréhier, député et défenseur de l’ANI, pour manifester leur inquiétude sur ce texte.
  • Troisième décision : aller vers un grand rendez-vous populaire avant l’été, notamment pour avancer sur l’alternative qui devra être portée à l’occasion des élections municipales de 2014.

Ci-dessous, une des interventions liminaires de la soirée, pour introduire les débats. […]

De quoi Cahuzac est-il le nom ?

Un billet d’humeur (sombre) de Frank Mouly.

On les revoit en boucles, ces images. Tout le Web nous les remet opportunément en mémoire. Cahuzac sur les plateaux de télé, à la radio, en face à face, les yeux dans les yeux. Propre et net, l’Å“il sec et le sourire au scalpel. Mais on a beau chercher dans un regard, une intonation, une fossette, ou n’importe quoi d’autre, le témoignage fatal du mensonge qui nous avait sur l’instant échappé, rien n’y a fait. On ne sait comment, son beau visage carnassier, sa froide assurance, où alors était-ce le maquillage et quelques mystérieuses magies, ont effacé les séquelles de la traîtrise, de sa duplicité. […]